TJM Freelance : Comment fixer son tarif quand on se lance ?

Lorsque l’on souhaite devenir freelance, c’est là que la question de la rentabilité entre en jeu ! En effet, malgré une expertise reconnue et un travail acharné, certains freelances n’arrivent pas à se dégager un salaire net décent.

Peut-être que votre TJM est trop bas, ou trop haut pour vos clients ? Pas de panique, on est là pour vous donner quelques pistes pour calculer correctement votre TJM.

Avant de vous lancer, quelques pré-requis

Qu’est-ce que le TJM ou Tarif Journalier Moyen ?

TJM.png

Le Taux Journalier Moyen, TJM, est un indicateur très recherché et utilisé par les freelances pour définir leur taux horaire, c’est-à-dire le tarif qu’ils facturent à la journée. Il s’exprime hors taxe.

Il permet de définir le montant moyen des honoraires que devra facturer un freelance selon le nombre de jours travaillés. Une méthode plutôt simple mais qui peut néanmoins s’avérer plus délicate qu’il n’y paraît.

En effet, le prix doit pouvoir être acceptable pour ne pas faire fuir les clients, tout en étant représentatif de la qualité de la prestation. Mais pas seulement, il doit également prendre en compte plusieurs éléments, tels que l’expérience, le temps de prestation, les coûts annexes, etc… Chaque TJM est alors différent selon le freelance.

Quels paramètres doit-on prendre en compte ?

Avant de calculer votre TJM, vous devez faire le point sur les différents paramètres à prendre en compte pour le calculer.

Commencez d’abord par déterminer le salaire que vous souhaitez atteindre. Vous pouvez soit vous baser sur votre ancienne rémunération, soit calculer le revenu nécessaire dont vous aurez besoin pour payer vos charges, votre loyer et autres coûts supplémentaires.

Gardez à l’esprit qu’en devenant freelance, vous renoncez aux avantages que l’on peut avoir en étant salarié, comme les primes, les chèques restaurant ou le treizième mois. Vous devez également prendre cela en compte dans le calcul de votre TJM.

Un indépendant est, comme son nom l’indique, totalement libre de toute autorité. Mais en étant son propre patron, il doit gérer par lui-même la prospection, la facturation, etc… toute la gestion de son entreprise. Et cette gestion doit être prise en compte dans son tarif.

Il doit également organiser et prévoir certaines périodes importantes. En effet, un freelance n’a pas de congés payés, il doit donc réfléchir à ses périodes de vacances, aux jours ouvrés, mais également se préparer à faire face aux périodes creuses.

Quels sont les frais professionnels d’un freelance ?

Les cotisations sociales

Les cotisations sociales d’un freelance sont payées mensuellement ou trimestriellement lorsque vous déclarez votre chiffre d'affaires. Leurs calculs varient en fonction de votre statut : micro-entrepreneur, EURL, SASU, etc… D’ailleurs, si vous souhaitez en savoir davantage sur les différents statuts des freelances, on vous conseille de consulter cet article.

Grâce à ces cotisations sociales, vous aurez accès à certains droits sociaux, dont les allocations familiales, des aides en cas de maladie ou d’invalidité, des congés palliatifs et l’assurance passerelle en cas de faillite ou de cessation.

Les assurances

Votre assurance dépendra du statut que vous aurez choisi en tant qu’indépendant. Sachez que si vous choisissez le statut de micro-entreprise, la couverture sociale est plutôt médiocre, et les freelances bénéficient peu du régime général. Une assurance maladie complémentaire est alors nécessaire.

Vous devez également intégrer au calcul de votre TJM l’assurance de vos biens, comme les locaux et le matériel, l’assurance voiture si tenté que vous en ayez une, mais aussi l’assurance informatiques et l’assurance responsabilité civile.

Les frais professionnels divers

Être freelance vous accorde de nombreux avantages, mais également beaucoup de responsabilités. Les frais professionnels sont une nécessité, et parmi eux on retrouve :

  • Les frais liés aux missions : c’est-à-dire les frais de déplacement (voiture ou transports en commun), le matériel, les meubles, etc…
  • Et les frais de fonctionnement : dont l’abonnement internet, le téléphone, les logiciels informatiques, la prospection, les frais bancaires, etc…

Quels sont les critères pour fixer son TJM ?

TJM.jpg

Le marché

Pour calculer votre TJM, vous devez également prendre en considération le prix du marché. Un jeune freelance ne pourra pas prétendre au même salaire qu'un freelance expérimenté. Il en va de même selon le secteur d’activité. Pour certains métiers, comme développeur web, la concurrence est particulièrement forte.

Pour en savoir davantage sur les prix de la concurrence, vous avez plusieurs options. Vous pouvez vous rendre sur les réseaux sociaux et sélectionner les freelances dans votre domaine. Vous pourrez alors entrer en contact avec eux et tout simplement demander les tarifs pratiqués sur le marché et demander leur conseil sur comment fixer votre TJM.

Il existe également les sites internet mis à disposition pour déposer des offres de missions freelances qui vous permettront de vous situer par rapport au marché. Ainsi, vous pourrez aligner vos prix à ceux du marché en toute connaissance de cause. Dans un premier temps, vous ne devrez être ni trop au-dessus du marché, ni trop en dessous.

L’expérience et la formation

Après avoir réalisé votre étude de marché, vous devrez juger de vos compétences. Évaluer son travail de façon objective est un exercice compliqué, mais c’est là toute la difficulté de fixer son TJM en tant qu’indépendant. Et c’est aussi pourquoi les prix varient d’un freelance à un autre.

Vous devez réfléchir aux années d’expérience que vous possédez, à vos références clients, à la rareté de votre profil, etc… Mettez en avant votre expertise et vos compétences, afin de pouvoir en mettre plein les yeux à vos futurs clients lors de la négociation de votre TJM.

La prestation

Le niveau de difficulté d’une prestation peut être pris en compte lors de sa tarification. Plus la tâche est technique et pénible à réaliser, plus vous risquez d’y mettre du temps en cas d’imprévus et d'énergie. Tout cela se paie !

Également, si vous effectuez une prestation spécifique, pour une tâche complexe et à forte responsabilité, vous pouvez revoir à la hausse votre TJM. Cela est aussi valable pour le temps que vous passerez dessus, s'il s’agit d’une mission longue ou d’une mission courte, d’une mission à temps plein ou d’une mission à temps partiel.

Astuces et limites du modèle au jour homme

Les simulateurs

Pour vous aider à déterminer votre Taux Journalier Moyen, il existe de nombreux simulateurs. Certains sont plus détaillés que d’autres, mais ils peuvent vous aider à définir vos tarifs selon le salaire que vous souhaitez vous dégager.

shine-simulateur-TJM.png

Shine est une application comparable à une banque digitale. Elle a conçu un outil permettant aux travailleurs indépendants de calculer leur TJM.

Très simple d’utilisation, cette application vous permet de modifier un large éventail de paramètres afin de calculer au mieux votre TJM. Vous devez dans un premier temps sélectionner votre métier et choisir le salaire (brut) annuel que vous souhaitez atteindre. Vous allez ensuite déterminer :

  • les jours ouvrés : si vous souhaitez travailler plutôt 6 jours sur 7 ou 4 jours sur 7 par exemple.
  • les jours de vacances : vous devez anticiper vos vacances car vous ne serez pas rémunéré à ces moments-là.
  • les périodes creuses : parfois vous n’aurez pas ou peu de clients, ce qui aura un impact sur votre rémunération.
  • les frais professionnels : le matériel informatique, les frais de déplacements, les abonnements, les frais bancaires, etc…
  • Et si vous avez le droit à l’ACCRE/ACRE : vous pourriez alors bénéficier d’une réduction de charges d’environ 20%.

Comment augmenter son TJM ?

Lorsque vous fixez votre TJM, gardez en tête qu’il changera au fur et à mesure de vos missions et de vos clients. Pour valoriser son augmentation, n’hésitez pas à demander des recommandations et à mettre à jour vos prestations. Évitez également les tarifs aux rabais, un client qui négocie systématiquement tous vos tarifs n’est pas nécessairement un bon client. Même lorsque vous vous lancez, ne vous dévalorisez pas et ne travaillez pas gratuitement ou “pour la visibilité” !

Lorsque vous constaterez que vous avez gagné de nouveaux clients, que vous avez acquis de nouvelles compétences et que vous arrivez à vous vendre plus facilement que lors de vos débuts en tant que freelance, vous pouvez augmenter votre TJM ! Également, adaptez-vous au marché et à ses fluctuations.

Enfin, n’hésitez pas à revoir vos prix à la hausse si la mission est plus complexe que d’habitude. Ainsi, vous pouvez décliner une même prestation sous différentes formes selon ce qui est demandé (exemple : s’il s’agit d’une prestation urgente ou d’une prestation qui demande une plus forte expertise).

Les limites du TJM

Le TJM est un modèle dominant dans le service aux entreprises. Il est donc logique de se tourner vers cette méthode lorsque vous souhaitez fixer vos tarifs. Mais ce n’est pas forcément la meilleure solution. Les problèmes qui se posent lorsque vous facturez vos prestations avec le TJM sont que :

  • Pour le client, le temps passé est un métrique qui ne le concerne pas, il rémunère seulement par rapport au résultat final.
  • Pour le freelance, l’expérience est une valeur qui évolue constamment et qu’il souhaite mettre en avant dans ses tarifs

De ce fait, vous allez vouloir augmenter vos prix, mais vos clients ne seront peut-être pas en accord avec cette hausse. Un plafond de verre se crée alors, car vous ne pouvez pas passer au-dessus d’un certain tarif sans perdre des clients.

Vous devez donc détailler votre prestation et vendre tâche par tâche, ce qui incite le client à négocier à la fois sur le prix TJM et le temps passé sur chaque tâche. Il va remettre en question votre capacité de production, voire même renoncer à certaines prestations.

Également, vous n’avez qu’une maîtrise partielle du temps. Vous ne savez ni combien de temps exactement le projet prendra, ni si vous risquez de rencontrer des difficultés… Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, voici une vidéo où l’on vous explique pourquoi cette méthode n’est peut-être pas adaptée à vos besoins.

Conclusion, vous risquez fortement de passer plus de temps à négocier qu’à produire réellement. Mais il existe d’autres méthodes comme l’abonnement, le forfait et le value based pricing. Tous ces termes sont expliqués et détaillés dans notre formation freelance et entrepreneur (n'hésitez pas à cliquer, ça vaut le détour) et dans notre vidéo explicative juste en dessous. ⬇️

FAQ : Tout ce que vous devez savoir sur le TJM

🤓 Comment fonctionne le TJM ?

Vous le savez maintenant, le TJM (Taux Journalier Moyen) consiste à facturer une journée de travail. C’est le modèle dominant dans le monde des freelances. Néanmoins, lorsque vous souhaitez augmenter vos prix, un plafond de verre peut se créer ; vous êtes alors obligé de vendre tâche par tâche, ce qui laisse place à beaucoup de négociation.

Mais c’est à vous de définir quelle méthode vous correspond le mieux, par rapport à votre secteur d’activité et à votre cadence de travail. N’oubliez pas qu’il existe d’autres solutions comme l’abonnement, le forfait et le value based pricing.

🧐 Le TJM en portage salarial

Le portage salarial est une solution permettant à un freelance de garder son indépendance tout en ayant un statut de salarié, ses avantages et sans se préoccuper de l'administration, de la comptabilité, etc… Mais un freelance doit payer des frais de portage. Il faut donc y penser, et possiblement fixer un TJM plus élevé pour compenser.

Néanmoins, le portage salarial permet aux indépendants de se concentrer exclusivement sur leurs missions et sur leurs prospections, permettant d’avoir plus de temps pour produire, donc de vendre plus, et potentiellement de revoir son TJM à la baisse.

😱 Les points de vigilance

Trouver son TJM n’est pas une tâche facile, vous ne trouverez probablement pas le juste équilibre entre le prix qui conviendra à vos clients et celui qui vous permettra de vivre confortablement du premier coup.

Pour vous aider, pensez à la nature de vos missions. Plus une mission est complexe, demande certaines spécificités, est à forte responsabilité, etc… plus les tarifs peuvent être élevés. Et assurez-vous d’avoir une marge de sécurité suffisamment importante pour manœuvrer les imprévus et vous consacrez à votre comptabilité, votre prospection…

Ces articles vont vous intéresser


Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux


Ça fera super plaisir à Nina, et puis à Gaëlle aussi, un peu à tout le monde en fait !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU ainsi que notre Politique de confidentialité